Les autres modes de recharge

De Wiki
Aller à : navigation, rechercher

En plus de la recharge sur le réseau électrique via un câble et des connecteurs, il existe d'autres méthodes de recharge.

La recharge par induction

La recharge par induction permet de transmettre de l'énergie sous la forme d'un champ magnétique à haute fréquence. Elle nécessite deux bobines : une bobine émettrice placée par exemple dans le sol, et une bobine réceptrice placée dans le véhicule. La bobine émettrice est alimentée par une électronique de puissance elle même alimentée par le réseau électrique.

Ses principaux avantages sont :

  • elle peut fonctionner sans contact et à une certaine distance
  • il n'y a pas d'usure mécanique, contrairement à une prise de courant
  • pas de conducteurs potentiellement sous tension, donc une meilleure sécurité électrique.

Ses principaux inconvénients sont :

  • elle est plus complexe et couteuse qu'une recharge par prise de courant
  • elle a un rendement plus faible qu'un connecteur du fait des pertes dans l'électronique et les bobinages. Le rendement est d'autant plus faible que la distance ou le désalignement entre bobines augmente.

Des expérimentations sont en cours pour recharger des véhicules par induction pendant qu'ils roulent, mais cette solution demanderait d'équiper des routes sur de grandes longueurs et risque donc d’être économiquement non viable.

Le prolongateur d'autonomie

Un prolongateur d'autonomie est un dispositif permettant d'augmenter l'autonomie d'un véhicule électrique par une source d'énergie additionnelle, qui peut être :

  • un groupe électrogène à essence embarqué dans le véhicule, comme par exemple c'est le cas (en option) pour la BMW i3, donc un petit moteur thermique couplé à un alternateur
  • un groupe électrogène à essence embarqué dans une remorque comme dans le cas de l'EP-tender
  • une pile à combustible: exemple du Kangoo H2
  • une batterie embarquée dans une remorque : le projet Mobat

L'échange standard de batterie

Dans ce procédé, plutôt que de recharger la batterie vide, on la débarque du véhicule pour la remplacer par une batterie chargée. Le remplacement peut être très rapide grâce à un système de manutention automatisée. C'est le seul procédé permettant la recharge d'un véhicule électrique à la même vitesse qu'un plein de véhicule thermique.

Ce procédé était déjà utilisé au début du vingtième siècle; il a été expérimenté par Renault dans le cadre du système Better Place, mais a été (provisoirement ?) abandonné du fait du coût des infrastructures de manutention automatique et des batteries, le système nécessitant plus de batteries que de véhicules.

Cependant, une baisse du coût des batteries, et une standardisation de leur format pourrait relancer le principe d'échange standard.